Pour faire suite à mon article Pourquoi vous gagnez à être votre propre média sur le blogue de Niviti, je souhaite vous partager différentes étapes à franchir lorsque vous envisagez de réaliser un projet de communauté Web.

Je me suis inspirée de l’article The 5 Stages of Building a Culture of Community on a Blog [Case Study] et de mon expérience avec MacQuébec.

————

Inscrivez-vous à ma formation : Créer, animer et gérer une communauté Web enrichissante

————

 

Les voici :

1. Vous

Tout comme le lancement d’une entreprise, le démarrage d’une communauté Web demande d’investir beaucoup de temps avant d’apercevoir les premiers résultats. Que vous vous lanciez seul ou accompagné, vous le faites, en grande partie,  parce que vous avez un besoin de partager quelque chose. Et c’est à vous de donner un aperçu cohérent de votre projet afin d’attirer vos premiers lecteurs.  Vous pourrez y parvenir en mettant vos valeurs, votre culture et votre passion en avant plan.

En ce qui me concerne, je me rappelle d’avoir démarré Macquébec en 2005 parce qu’il n’y avait pas de forums québécois pour les utilisateurs Apple et que je sentais ce besoin de partager des trucs et astuces avec d’autres Québécois qui utilisaient des produits Apple. Je me suis fait aider par un programmeur pour mettre en place ce projet et démarrer un blogue. Ensuite, j’ai alimenté ce blogue de petites nouvelles sur l’actualité Apple et fait la promotion de ce dernier dans des forums. Je suppose que j’ai démarré le projet au bon moment puisque plusieurs personnes ont montré rapidement un intérêt à y participer.

2. Vous et vos lecteurs

J’explique toujours à mes clients que les premiers résultats peuvent prendre de 3 à 6 mois avant d’être visibles. À cette étape-ci, vous devez toujours continuer à investir du temps pour animer votre communauté. Vous devez montrer l’exemple. Vous aurez ainsi vos premiers lecteurs fidèles. Votre devoir sera de converser avec eux et de rester à l’écoute. Les commentaires reçus permettront d’améliorer votre projet.

3. Vous, vos lecteurs, votre communauté

Après un certain moment, la communauté commencera à prendre forme. Vous remarquerez plus d’engagements entre vous et vos lecteurs. Vous remarquerez aussi que certains de vos lecteurs se proposeront pour vous aider à avancer votre projet en s’offrant comme collaborateurs ou en apportant leurs idées.

C’est exactement ce qui c’est produit avec MacQuébec. Plus le temps passait, plus j’avais de nouveaux collaborateurs, intéressés à participer dans le développement de la plate-forme, entre autres.

4. Vos lecteurs, vos ambassadeurs

Une fois engagés et de plus en plus impliqués, certains lecteurs vous demanderont d’avoir une place plus importante dans le projet. Vous devez leur laisser cette place et vous montrer reconnaissant envers eux en les récompensant de temps en temps. Ils prendront ainsi plaisir à parler de votre initiative avec leur entourage.

5. Votre communauté

Lorsque vous aurez franchi l’étape 4, tout devient de plus en plus intéressant. Vous aurez moins de tâches à effectuer pour l’animation, entre autres, car les utilisateurs seront de plus en plus engagés et s’entraideront en lançant de nouvelles discussions. Vous pourrez ainsi vous concentrer sur la gestion de la communauté et la croissance de celle-ci.

Avec MacQuébec, par exemple, j’ai ressenti que la communauté était existante lorsque  certaines personnes  ont contacté des membres de l’équipe pour offrir des prix ou des promotions aux autres membres de la communauté.

Bref, mettre en place une communauté Web demande beaucoup de temps. Je vous conseille fortement de commencer le plus rapidement possible en vous concentrant d’abord sur la création de contenu pouvant permettre de donner une bonne idée de la vision de votre projet. Vous aurez ainsi plus de facilité à le faire évoluer en fonction des besoins réels de vos premiers lecteurs.

RECEVEZ MON CONTENU EXCLUSIF

Plus de 2500 entrepreneurs se sont abonnés à mon infolettre. Faites comme eux et recevez des réflexions et nouvelles exclusives concernant l'avancement de mes projets. Inscrivez-vous maintenant !



  • Guillaume B

    Très bon billet Kim!

    Le point 4 est particulièrement vrai.
    Pour comprendre ce qu’est une communauté, il faut s’intéresser au marketing relationnel, et à la structure d’une relation.
    Une relation ne peut-être existante que s’il y a réciprocité. C’est le principe du donnant-donnant, les membres donnent de leur temps pour justifier votre existence, évangéliser vos produits, structurer et réguler le groupe (si l’on s’intéresse plus en détail aux rôles de modérateurs), en échange il vous faut les « rémunérer ». La rémunération en nature est d’autant plus pertinente que le produit est central. Imaginez par exemple leur envoyer un produit gratuit, leur faire visiter vos locaux, etc etc. Contrairement à la rétribution monétaire, les cadeaux (liés à la marque) génèrent plus d’engagement et d’attitudes positives/affectives à votre égard.

    Pour le point 5, très juste aussi, j’irai plus en détail en disant que l’existence d’une communauté comme telle est fonction de 3 critères majeurs:
    – La conscience collective: est-ce qu’il existe des différenciateurs dans la communauté (en gros, des éléments -à tangibiliser si possible- qui font qu’elle est unique par rapport aux autres communautés d’une même industrie).
    – Les rituels et traditions: ancrer la communauté dans l’Histoire (avec un grand « H ») et dans le temps. Mettre à disposition des outils permettant l’ancrage à travers des milestones, transposables en symboles (Instagram peut être, autre entres réseaux, utile pour ancrer de manière visuelle un moment d’utilisation du produit). Incitez les posts de photos, vidéos, quotes instantanées, etc.
    – La responsabilité morale: Interne à la communauté, elle intervient entre les membres. Ce peut être l’accueil des nouveaux visiteurs, l’assistanat dans l’utilisation de la marque, la documentation, l’empathie, etc. (un exemple de responsabilité morale: favoriser les échanges, comme cette possibilité de commenter sur le billet)

    Dans un effort de développement de communauté (surtout), il est aussi très important de s’attarder sur la transmissibilité du message, peut-être parfois plus que sur le message lui-même. Le temps où la tâche de diffusion du message était accomplie par l’entreprise est définitivement révolu. Aujourd’hui, ce rôle est relayé aux consommateurs eux-mêmes, à vos fans. Votre seul job maintenant, c’est de permettre la diffusion du message, en la simplifiant à son maximum (un excellent exemple serait les codes « embed » de youtube, ou les boutons shares de Facebook). Mais ça, c’est pour la forme. La diffusion d’un contenu est aussi fonction du contenu lui-même (le fond). Et là on s’intéresse plus aux principes de publicité en marketing. Un contenu clair, concis, et rapide à intérioriser (cognitivement et affectivement). Un très bon livre existe d’ailleurs sur le sujet (« Spreadable Media » de Henry Jenkins).

    Guillaume, (bien trop passionné par son sujet…)

  • http://www.kimauclair.ca/blog Kim Auclair

    Bonjour Guillaume. Wow ! toute une réponse effectivement. J’apprécie beaucoup les détails que tu as apportés.