Entrepreneure ou gestionnaire ?

Publicité : assurance automobile La Capitale


3 Flares 3 Flares ×

J’ai pris connaissance avec grand intérêt d’un article intitulé « La différence entre gestionnaire et entrepreneur », visible ici. Voulant vérifier cette théorie, j’ai relevé plusieurs éléments de son analyse en l’appliquant à mon propre cas. Voici ce que ça donne :

Est rêveur, veut changer le monde, l’intuition le guide.

Rêver et agir selon son intuition, pour moi, c’est la liberté, c’est une façon de sortir des sentiers battus ! C’est bien vrai que j’ambitionne, à ma façon, de changer le monde et surtout d’aider les gens. Selon mon mentor, la meilleure façon d’aider les gens serait de m’impliquer dans la création et la gestion d’organismes à caractère social.

Créateur, il imagine des trucs impossibles et trouve les gestionnaires trop limités dans leur vision.

Oui ! J’imagine des trucs « impossibles », mais « impossible » pour certains signifie souvent « concret » pour ceux qui ont une vision à long terme. À bien y penser, « Le concret, ne serait autre chose que de l’abstrait rendu familier par l’usage ! »

Terre à terre, les gestionnaires trouvent les entrepreneurs souvent trop « flyés ».

Ils doivent être bien nombreux, les gestionnaires, à avoir trouvé Pierre Péladeau pas mal « flyé » au début de sa carrière ! Et pourtant, quel Québécois n’est pas fier de ses réalisations ?

A des idées, mais a de la difficulté à tout mettre en place.

En effet, je dois bien admettre que je suis plus à l’aise avec la création et que les tâches répétitives m’ennuient. C’est bien là, un indice que je suis du type « entrepreneur » !

Il est à noter cependant, que l’aptitude à « créer des processus d’affaires » n’est pas l’apanage exclusif des gestionnaires. Pour vous en convaincre, je vous invite à consulter un article intitulé « L’esprit d’entreprise et les entrepreneurs ! », visible sur mon blogue, dans lequel je reprends les propos de Nathaly Riverin, directrice du CVCE, et de Luc Caron, directeur-adjoint au Service de mentorat, à l’effet que « Les entrepreneurs sont des organisateurs de processus de création de richesses économiques. Ils poursuivent des opportunités et s’efforcent de les concrétiser en utilisant des techniques appropriées de gestion et de management. »

Veut tout faire seul

C’est bien vrai que j’ai ce vilain défaut et, heureusement, j’en suis très consciente et je me propose bien de m’en corriger. Toutefois, mon mentor prétend qu’il ne s’agit pas là d’une caractéristique propre aux entrepreneurs. En effet, il connaît bon nombre de gestionnaires efficaces qui sont incapables de déléguer. De plus, il n’est pas d’accord que l’entrepreneur de grand talent « Veut tout faire seul ». Il croit au contraire que si Laurent Beaudoin était du type à tout faire seul, il aurait été incapable de créer l’empire Bombardier.

Est son propre patron dans l’âme

Les autres ne bougent pas assez vite à mon goût et leurs idées ne sont pas assez originales ! Si toutefois, j’avais un patron, il aurait tout intérêt à me laisser rêver ! « Selon Patricia Pitcher, la meilleure façon de « gérer la créativité » consiste pour le patron à s’enlever du chemin (managing by getting out of the way).

A le goût du risque

Oui ! J’ai le goût du risque, mais précisons toutefois, qu’il s’agit de « risque calculé », ce qui n’a rien à voir avec la notion de « joueur compulsif ».

A besoin d’un gestionnaire pour la gestion de l’entreprise

Il ne fait aucun doute que j’aurai besoin d’un gestionnaire pour gérer mon entreprise dès qu’elle aura atteint une certaine envergure, tout autant que le propriétaire d’une petite industrie manufacturière aura besoin d’un entrepreneur (plus précisément d’un intrapreneur) pour propulser l’entreprise qu’il a créée dans la catégorie des grandes entreprises.

Passionnée

Pour ceux qui me connaissent, il est évident que je suis plus passionnée qu’organisée !

N’aime pas les détails

C’est vrai que je n’ai pas tendance à m’enfarger dans les fleurs du tapis, mais c’est avant tout par soucis d’efficacité. Par ailleurs, je privilégie le travail exécuté avec précision. Et ça, c’est par soucis de professionnalisme, c’est aussi par passion pour mon métier que j’adore.

Conclusion

Tout ça, ça m’incite à lire des biographies d’entrepreneurs de talent ! … Pas vous ?


Pssssst : Vous êtes un entrepreneur établi depuis plus d’un an? Je vous invite à me rejoindre sur la communauté privée de Niviti. Cliquez ici pour faire votre essai gratuit de 30 jours »


,

  • Pingback: Être entrepreneur, ce n’est pas être “patron” | Entrepreneur-Internet.com

  • Pingback: Arthemia » Blog Archive » Etre entrepreneur, ce n’est pas être « patron » – par @KimAuclair

  • http://www.dixitlecoach.ca Claude Savoie

    Tes constatations sont très pertinentes. Tu es sûrement une entrepreneure. J’avais identifié ça quand j’ai découvert ton blogue par hasard.

    J’aime bien ta démarche et ton énergie. Tu iras loin…si tu trouves le gestionnaire capable de te gérer.

    Mon expérience confirme ce que tu dis : J’ai créé une entreprise en 1978, j’ai trouvé un bon gestionnaire qui m’a secondé pendant 20 ans. Après son départ, je n’ai pas été capable de le remplacer et j’ai fermé la compagnie. Plus de 30 ans plus tard je recommence. Je me suis trouvé une associé dans ton genre et je fonde une nouvelle entreprise.

    Je fais du coaching d’entrepreneurs et du mentorat et je constate chez tous mes clients les caractéristiques que tu as constaté. Un entrepreneur, c’est différent d’un gestionnaire et le contraire d’un fonctionnaire.

  • http://www.kimauclair.ca Kim Auclair

    Bonjour Claude,

    Merci pour le commentaire.

    J’ai compris, très jeune en fait, que j’étais entrepreneure.

    Récemment, en juillet 2009, j’ai quitté Mikimya, ma première entreprise. Puis, rapidement, j’ai compris à quel point il me fallait un gestionnaire près de moi.

    Cela devient une urgence! Je n’ai pas encore trouvé.

    Il serait intéressant que nous nous rencontrions pour en discuter davantage. Qu’en penses-tu?

    Kim

  • http://lebloguedubois.wordpress.com Karine Dubois

    Les gestionnaires! Combien sommes-nous à chercher ces perles rares : organisés, rigoureux mais capable de comprendre les projets créatifs. Dans mon domaine, le cinéma, on se les arrache parce que le coté administratif prend de plus en plus de place et qu’entre un brainstorm créatif sur le prochain projet et le rapport de coûts pour les crédits d’impôts, le producteur choisit rarement la paperasse. Quel bonheur ce serait de voir apparaître des soirées de rencontres entre entrepreneurs et gestionnaires!
    Merci pour ce blogue inspirant qui contribue à ma réflexion existentielle : to inc or not to inc?

  • http://www.tvqc.com/ Jeff-TVQC

    Pour être entrepreneur, il faut aussi avoir un côté visionnaire, c’est-à-dire pressentir un besoin, être capable de voir les vides et les demandes, avoir les capacités de savoir ce que les gens veulent..

    Regarder une situation et se dire, ça la pas de bon sens, pourquoi ce type de service n’existe pas? Au Québec c’est incroyable le rattrapage qu’il y a à faire, mais à la fois c’est un peut décourageant de voir le manque de ressource et la façon qu’ont certain gestionnaire de regarder les créateurs et entrepreneur. J’irais jusqu’à dire qu’il y couvent à un genre de condescendance mal placé dans ce milieu.

    Les gestionnaires au lieu de voir une opportunité de bouger les choses nous regardent de haut comme si nous étions des gamins incultes. Si j’explique un concept ou un projet, c’est que je sais pertinemment qu’il y a une demande! Il ya des sphères majeures qui ne sont pas couvertes sur le web au Québec! Des places sont vacantes et ne demandent qu’à être occupées! Je vois minimum 5 créneaux majeurs non développés au Québec et personne ne pense les développer.

    Souvent les créateurs entrepreneurs ont une démarche atypique et ne vont pas by the book, nous avons une naïveté bien à nous. C’est ce qui fait peur au gestionnaire plus cartésien!

    L’entrepreneur est la bougie d’allumage et si la mécanique veut bien le suivre la bougie vaincra!

  • http://www.tvqc.com/ Jeff-TVQC

    J’irais jusqu’à dire qu’il y souvent un genre de condescendance mal placé dans ce milieu.

  • Pingback: La différence entre un entrepreneur et un gestionnaire | Kim Auclair

Faites comme plus de 550 entrepreneurs,
recevez mon contenu exclusif par courriel !



3 Flares Twitter 3 Facebook 0 LinkedIn 0 Google+ 0 Email -- 3 Flares ×
Lire les articles précédents :
Mieux vaut « TÔT » que jamais !

C'est avec un immense intérêt que j'ai pris connaissance de l'article intitulé « Ça fonctionne? Vendez-le! », rédigé par Stéphane Guérin. Je...

Fermer