10 règles à suivre pour réussir à son compte

Publicité : assurance automobile La Capitale


2 Flares 2 Flares ×

Nous sommes dans une année ou le travail autonome n’a jamais autant séduit les Candadiens. Outre les conseils de Guy Kawasaki pour jeunes entrepreneurs, voici un extrait de l’article : Dix règles à suivre pour réussir à son compte du Journal les affaires que j’ai trouvé intéressant.

1 Connaissez-vous bien

Le travail autonome, ce n’est pas pour tout le monde.  » Le grand défi, c’est de trouver l’équilibre entre ne pas faire tout pour tout le monde, mais en même temps savoir profiter des occasions « , dit Jean-Benoît Nadeau, auteur du Guide du travailleur autonome.

2 Persévérez

 » C’est beau l’ambition, mais la persévérance, c’est mieux « , dit Catherine Zemelka. Il ne manque jamais de gens ambitieux autour d’une table, mais rares sont ceux qui finissent ce qu’ils ont entrepris.

3 Soignez votre environnement de travail

Avoir un bureau ergonomique à la maison, une chaise confortable, un lieu de travail qui reflète notre personnalité, est le premier conseil que donne Jean-François Gazaille, journaliste et traducteur, qui travaille de sa maison de campagne à Shefford.

4 Soyez présent sur le Web

Que ce soit par l’entremise de réseaux sociaux, de son propre site Web ou de sites spécialisés. Pour beaucoup de gens qui cherchent un service, Internet a remplacé les pages jaunes.  » J’ai lancé mon site dès les débuts de l’agence en 2004 et il m’a été très utile « , dit Mme Zemelka.

5 Entourez-vous bien

 » Trouvez-vous un mentor « , recommande Alain Samson, consultant et auteur de nombreux ouvrages sur le management. Il a pour son dire qu’il ne faut pas reproduire les erreurs commises par d’autres. Un comptable spécialisé dans le travail autonome est une autre ressource utile.

6 Sachez gérer vos liquidités

N’oubliez pas que vous devrez payer de l’impôt et ne faites pas l’erreur de dépenser les taxes perçues avant de les avoir remises au fisc. Ces sommes créent une richesse illusoire, dit Alain Samson. Prenez l’habitude de mettre de côté jusqu’à un tiers de vos revenus bruts pour couvrir la facture d’impôts et les contisations au régime de rentes.

7 Prévoyez la perception des taxes

Comme travailleur autonome, vous devez percevoir les taxes de vente provinciale et fédérale si vous gagnez plus de 30 000 $ par année. Inscrivez-vous auprès de Revenu Québec, tant pour la TVQ que pour la TPS. Même si vous gagnez moins, vous recevrez un crédit sur les taxes de vente payées sur vos intrants en étant inscrit. Les remises au gouvernement doivent être faites à temps.

8 N’oubliez pas le fisc

Le travailleur autonome doit payer ses impôts par acomptes provisionnels quatre fois l’an. À défaut de le faire, vous vous exposez à des pénalités et à des frais d’intérêts si vous devez payer de l’impôt, prévient Carl Thibeault, planificateur financier au Groupe Investors, à Québec.

 » Autre piège, le travailleur autonome a jusqu’au 30 juin pour remettre ses déclarations de revenus. Mais s’il doit de l’argent, les intérêts commencent à courir dès le 30 avril.  »

9 Soyez bien couvert en cas de pépin

 » Si je ne gagne rien pendant un mois ou plus, ma famille en souffrira-t-elle ?  » Si vous répondez oui, vous avez besoin d’une assurance invalidité. Optez pour une police avec garantie de renouvellement. Vos primes et prestations restent fixes, peu importe ce qui vous arrive. Attention aux exclusions et choisissez un délai de carence (le délai entre le début de l’invalidité et la réception des prestations) en fonction de vos économies.

10 Préparez votre retraite

Contrairement au salarié qui dispose du fonds de pension de son employeur, le travailleur autonome ne compte que sur lui-même pour accumuler son épargne-retraite. Carl Thibeault, d’Investors, recommande un plan systématique d’épargne, idéalement 15 % des revenus nets avant impôt.

Qu’en pensez-vous ?

  • Pingback: Le succès de l’entrepreneur » Arthemia

  • http://crisedanslesmedias.hautetfort.com Eric

    Je trouve que ça fait beaucoup de conseils « financiers »! C’est important, mais il n’y a pas que ça.

    Et, d’autre part, ces conseils sont valables qu’on soit entrepreneur ou pas: chacun a à gérer une part de risque (de + en + importante) dans sa vie professionnelle.

  • http://bloG.nazab.com Benjamin

    Simple et efficace mais surtout pas facile à appliquer.
    Par contre sur les 10 il y en a 3 concernants le paiements de taxes/impots.

    Une expérience malheureuse

  • http://www.MaStrategieFinanciere.com Olivier Paré

    Très bon article, Kim !

    J’aime bien le numéro 2 « Persévérez! » » C’est beau l’ambition, mais la persévérance, c’est mieux « , dit Catherine Zemelka. Il ne manque jamais de gens ambitieux autour d’une table, mais rares sont ceux qui finissent ce qu’ils ont entrepris.

    Je suis totalement d’accord avec ce point. Malheureusement, il y a beaucoup de « grands parleurs « ; très peu de réels « bâtisseurs » et de grands « feseurs »!

    En étant à notre compte, nous avons des tonnes de choses à faire et à s’occuper (marketing, développement des affaires, offrir un service de qualité à notre clientèle, administration, gestion des employés, du temps, etc.) Ne faites pas l’erreur de « travailler gratuitement » et de perdre des dizaines d’heures avec des « grands parleurs petits feseurs » qui, malheureusement, ne vous apporteront rien jamais.

    Ce que je veux dire, c’est qu’en étant travailleur autonome et entrepreneurs, nous avons tous d’énormes choses à faire, d’opportunités qui se présentent à nous: vous devez être sélectif dans celles-ci, tout simplement!

    Pour ceux qui trouvent que cet article parle trop « d’argent », je suis avouer que c’est très important, car la plupart des gens ne sont plus travailleurs autonomes (ni en affaires) après quelques années seulement; malheureusement, la plupart n’ont pas quitté leurs projets par un manque de passion… mais bien par un manque de liquidités.

    Et j’ajouterais à ceci que l’une des premières raisons des faillites d’entreprise est que les entreprises se servent des taxes percues par leur ventes pour financer leur entreprise.. alors que cet argent appartient au gouvernement. Une fois dans ce cercle vicieux (que beaucoup d’entreprises connaissent) il est dûr de s’en sortir… et nous connaissons la fin de cette histoire: une faillite ou une fermeture d’entreprise!

    La sécurité financière en affaires est primordial et faites attention de ne pas donner assez d’importance à ce point! Il fera en sorte que vous connaîtrez le succès.. ou l’échec!

    Bonne année 2010 à tous les travailleurs autonomes et propriétaires d’entreprises !

    Olivier Paré
    Conseiller Financier et « Coach Financier »
    Spécialisé avec les Entrepreneurs, Investisseurs
    et Travailleurs autonomes
    http://www.MaStrategieFinanciere.com
    Tél.: 418-266-7290
    Fax: 418-948-9110
    Courriel: olivier@MaStrategieFinanciere.com

  • http://www.beauty-frenchtouch.com Sublime

    L’argent c’est le nerf de la guerre et une bonne gestion c’est parfois fastidieux mais nécessaire.
    Éviter de naviguer à vue pour gérer des finances, prendre le temps de faire ses comptes.
    Et prendre du temps pour soi car avoir toujours la tête dans le guidon ne sert à rien ;)

  • http://www.wordpress-quebec.com WordPress-Quebec

    Bonjour, WordPress Québec à comme mission le succès de votre site web d’entreprise. Nous offrons un partenariat à long terme avec nos clients. Nous sommes en mesure d’appuyer nos clients entrepreneurs pour leur visibilité et l’augmentation du volume de leurs affaires avec les technologies modernes du web 2.0

    Venez nous visiter au : http://www.wordpress-quebec.com
    ou voici notre numéro de téléphone : 1-866-376-8963

  • http://www.pourquoi-entreprendre.fr Jérôme

    Je suis tout à fait d'accord avec ces principes (même si la fiscalité française est différente de celle du Québec).
    Pour ma part, pour revenir sur le deuxième point, la persévérance va avec l'ambition. Je pense que les gens persévérants sont ambitieux car se sont fixé des objectifs et se donnent les moyens de les atteindre.
    En revanche, l'inverse n'est pas toujours vrai, comme le dit cet article.
    Merci pour ce blog ;-)

  • http://www.pourquoi-entreprendre.fr Jérôme

    Je suis tout à fait d'accord avec ces principes (même si la fiscalité française est différente de celle du Québec).
    Pour ma part, pour revenir sur le deuxième point, la persévérance va avec l'ambition. Je pense que les gens persévérants sont ambitieux car se sont fixé des objectifs et se donnent les moyens de les atteindre.
    En revanche, l'inverse n'est pas toujours vrai, comme le dit cet article.
    Merci pour ce blog ;-)

Plus de 500 entrepreneurs sont abonnés à mon infolettre


CLIQUEZ ICI POUR VOUS ABONNER

En plus de vous informer des derniers articles sur mon blogue, j'aimerais vous envoyer par courriel:

  • du contenu exclusif
  • des concours
  • et les dates de mes prochaines formations

Entrez votre nom et votre courriel ci-dessous


2 Flares Twitter 0 Facebook 2 LinkedIn 0 Google+ 0 Email -- 2 Flares ×
Lire les articles précédents :
Un entrepreneur selon Raymond Royer…

Raymond Royer a été Président et chef de la direction de Domtar de 1996 à décembre 2008. Je vous fais...

Fermer