Les conditions de succès du mentorat 2.0

Ce billet a été rédigé dans le but de peaufiner un nouveau concept de mentorat. Je vous propose de poursuivre, sur mon blogue, les échanges qui ont débuté le 9 février 2010 sur twitter.

La présentation des premiers résultats s’est déroulée le 4 mars 2010 au Focus20. À la fin de la présentation, j’ai invité les participants de répondre à trois questions.

Je partage avec vous aujourd’hui les réponses à la première question:

Quelles seraient les conditions de succès d’un tel type de mentorat gagnant-gagnant?

Rappel: Définition du mentorat 2.0

Le mentorat 2.0 se dit d’une relation gagnante-gagnante qui s’établit entre un jeune expérimenté avec le Web et un entrepreneur expérimenté en affaires. Cette relation, qui vise le long terme, permet de développer le «savoir-être entrepreneur» chez le plus jeune et le «savoir être habile avec le Web» chez l’entrepreneur expérimenté en affaires. Les deux individus jouent un rôle important dans cette relation puisqu’ils deviennent à tour de rôle mentor.

Les conditions de succès du mentorat 2.0?

Qu’en pensez-vous?

RECEVEZ MON CONTENU EXCLUSIF

Plus de 2500 entrepreneurs se sont abonnés à mon infolettre. Faites comme eux et recevez des réflexions et nouvelles exclusives concernant l'avancement de mes projets. Inscrivez-vous maintenant !



  • Alain

    Bonjour,

    Le mentorat selon moi, ce n’est pas obligé que le mentor soit plus âgé. Le mentor doit être une personne ressource qui connait son domaine pour aider les autre.

    Il doit regarder les besoins du mentoré et le conseiller pour trouver des façons d’améliorer ses connaissances dans un sujet particulier.

  • ça me plait ce partage de compétence et de connaissances entre le Geek et l’entrepreneur. : )

  • Bonjour,

    Je crois qu’il faut que chacun sois prêt a abandonner se qu’il a appris et à comprendre comment fonctionne les techniques des autres.

    Un autre gros point pour que cela fonctionne, il faut être capable de mettre du temps pour que les discutions plus élaboré.

  • Pour il est important que les compétences soient partagés. L’entrepeneur se doit d’avoir des compétences sur le web et l’entrepreneur habile avec le web se doit d’avoir des compétences en management. Ainsi, il n’y aura pas un fossé entre les deux…j’ai du Mal à imaginer un geek sans compétences dans le management bien s’entendre dans la gestion de l’entreprise avec un entrepreneur qui ne connait pas le web. On le constate bien en observant le mode de fonctionnement des entreprises dites « classiques »….

  • Bravo pour ce concept des plus avant-gardiste !
    Je le trouve fantastique !

    D’ailleurs le maillage entre deux connaissances complémentaires à fait ses preuves plusieurs fois dans notre société. On a qu’à penser aux centres d’entrepreneuriats, aux maillages de différents experts comme en nano technologie et en chimie organique qui nous offre des nouveaux produits assez innovateur.

    D’ailleurs, je crois sincèrement que ce mentorat 2.0 est vraiment innovateur car bi-directionnel. Le coaché devient le coach et le coach devient le coaché. UNIQUE !!

    Bravo pour cette innovation des plus créatrices !!!!

    Richard Bergeron

  • Bonjour Kim,

    Tout d’abord, merci pour ton article, très bien construit et pertinent. Je me suis d’ailleurs permis de le citer en exemple, sur mon dernier post.

    Ensuite, pour enrichir le débat :
    – J’aime beaucoup le concept et cette idée d’échanges (chacun est le mentor de l’autre, à tour de rôle)
    – La rencontre physique originelle est importante. Il faut ce premier contact pour créer le lien. Par la suite, il est possible d’échanger via vidéo…
    – Je suis d’accord avec @Alain : l’âge n’est pas un critère majeur. Ce qui compte, ce sont les compétences : une personne maitrisant les fondements de l’entrepreneuriat et l’autre, les médias sociaux.
    – L’un des points importants, selon moi, est la préparation. Il faut bien définir au préalable les objectifs que l’on souhaite attendre. Afin, de ne pas créer de frustration quant aux attentes, il est primordial d’écrire le cadre et les attentes du mentorat.
    – Et le petit plus serait que les 2 personnes aient un objectif commun (même décalé) en addition de leurs objectifs personnels (e.g. écrire à 4 mains sur un sujet, faire un golf ensemble, voir une exposition…) : ce qui permettra ainsi d’avoir un « grain de sable » autre (plus humain) et commun.

    Qu’en penses-tu, Kim? Et les autres?

    Merci encore et à bientôt.

  • Pingback: Colloque Mentorat Québec: Mentorat, changement et innovation()