Pour assurer une continuité de son entreprise, il faut parfois s’éclipser

Lorsqu’il démarre son entreprise, l’entrepreneur a souvent tendance à vouloir saisir toutes les opportunités qui se présentent afin de se faire connaître et faire valoir son expertise auprès de son réseau. Cela peut être profitable, mais au bout du compte, cela peut aussi provoquer une grande fatigue et remise en question.

Une personne de mon entourage professionnel annonçait récemment sur son blogue qu’elle quittait la ville de Québec pendant un an pour prendre du recul. Elle en avait fait beaucoup dans la dernière année et elle s’est épuisée. Une opportunité s’est présentée en Estrie et elle en a profité pour déménager afin de ralentir ses activités, mais surtout pour retourner aux sources.

Sa décision a été prise au bon moment, à mon avis. Elle m’a fait penser à mon choix de réduire mes implications et mes présences dans les activités organisées par différentes personnes de mon entourage professionnelle. Cette situation se produit régulièrement lorsque je ressens qu’un groupe d’habitués se forme dans mon réseau de contacts. En faisant partie de ce groupe, je me sens influencée par les idées et opinions qui sont partagées. J’ai besoin de prendre mes distances, voir changer d’entourage, pour me faire mes propres opinions sur des sujets, mais surtout de revoir mes valeurs et la vision de mes projets.

J’en parle justement dans mon article : changer son entourage professionnel permet-il d’apprendre? Il s’agit pour moi d’une excellente façon de progresser. Sans nécessairement négliger tout mon entourage professionnel, en m’éloignant, je peux faire, en quelque sorte, un bilan de compétences pour revoir mes valeurs, ma vision, mes forces et faiblesses et celles de mon entreprise. Je crois que tout entrepreneur devrait faire cet exercice. Selon moi, c’est une très bonne façon de s’assurer que nous sommes dans la bonne direction.

A+

—-

Crédits photo : Flickr Renaud Camus

3 Commentaires

  1. Nathalie

    Je crois que l’implication vient d’un besoin de l’être humain d’obtenir une reconnaissance. Ma philosophie est de ne pas avoir les spotlights sur moi et je peux répartir mon temps selon mes choix d’entreprise et de vie personnelle et familiale.

    Réponse
  2. Jean-Claude Plourde

    Bonjour à vous toutes et tous,

    Dans le cycle de vie d’une organisation, après la période de maturation, vient le déclin. C’est avant ce dernier stade qu’il faut sortir des sentiers battus et voir les nouvelles opportunités qui peuvent se présenter et même provoquer la crise regénératrice.

    Il est difficile d’admettre le rôle positif joué par les crises au sein des organisations. Il n’est pas surprenant que les gestionnaires s’installent dans des zones de
    protection, de préservation et d’isolation de toutes valeurs contre des
    événements turbulents, tant internes qu’externes. Comme ils sont relativement
    protégés de leur environnement, ils se retrouvent en même temps dans
    l’impossibilité de se développer et donc de se renouveler.
    « Thinking out the box »
    Salutations!

    Réponse
    • Kim Auclair

      Merci pour votre commentaire Jean-Claude!

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Kim Auclair

Salut! Moi c'est Kim
Mon talent et mon travail est d’aider les entrepreneurs et travailleurs autonomes à se faire connaître dans les médias et multiplier les opportunités d’affaires. En savoir plus sur moi



Travailler avec Kim Auclair