L’économie du partage, un marché en pleine croissance

Qu’est-ce que c’est l’économie du partage ? Comment elle se porte au Québec ? Pourquoi c’est avantageux pour les Québécois d’en profiter ? Des questions que je me suis posée dernièrement. Pour en savoir plus sur le sujet, j’ai consulté Jonathan Parent, cofondateur de ShareaPass, un service de partage de laissez-passer destiné aux participants et organisateurs d’événements.

Dans un premier temps, il faut savoir que l’économie du partage consiste à échanger des services entre particuliers. M. Parent précise en disant que c’est la location démocratisée par des années économiques difficiles, une conscience sociale en opposition à la surconsommation industrielle, à la croissance de l’accès universel amené par le numérique et le mobile. Et qu’il s’agit , en fait, de rentabiliser ses biens pour un prix accessible en offrant une utilisation de ceux-ci à un ou à des individus.

Ce concept, ou plutôt ce mouvement provient de la côte ouest des États Unis de la Silicon Valley et de San Francisco. «La présence de plusieurs entreprises d’innovation technologique aidant pour beaucoup, sachant que les gens de ce milieu sont très ouverts et possèdent les valeurs qui font du concept une réalité possible à grande échelle.»

Les Québécois gagnent à profiter de l’économie du partage, car le concept est très près de leurs valeurs. Le cofondateur de ShareaPass croit d’ailleurs que les Québécois ne font pas exception à la sensibilité sociale et économique que les dernières générations ont développée. « L’ère industrielle a laissé ses traces et une société plus soucieuse de sa consommation contribuera à préserver un environnement qui est de plus en plus fragile. »

Selon lui, de mémoire, le service de covoiturage Allo Stop ferait partie des premiers signes de l’économie du partage au Québec. Depuis, d’autres services ont apparu et ont gagné en popularité. Vous pouvez penser, entre autres, à Communauto. À San Francisco, c’est AirBnb qui a littéralement démocratisé le concept. « Aujourd’hui, on assiste à l’éclosion du principe appliqué à tous les domaines. Il suffit de regarder l’infographie « Sharing Economy Honeycomb » de Jeramiah Owyang pour en constater l’ampleur plus globale. Vous verrez rapidement que le marché est en pleine croissance. L’économie du partage est plus précisément en train de s’étendre à tous les secteurs. Si vous êtes familié avec ce concept, vous avez certainement remarqué que le plus populaire est celui de l’automobile. Uber est un bel exemple. Il a permis de faire connaître le mouvement à plus grande échelle. « Il y en a aussi d’autres comme Car2go et plusieurs autres notamment sur le marché européen. »

Le modèle d’affaires utilisé est souvent un frais de service qui s’ajoute à la transaction considérant que pour la majorité des services il est question d’une transaction financière.

Dans un autre ordre d’idée, si vous prévoyez démarrer une entreprise dans ce domaine, il est bon de savoir que aurez besoin d’une bonne plate-forme de base pour structurer le partage. Il faut, entre autres, une équipe de développement, mais surtout une très bonne équipe au soutien à la clientèle puisque l’on parle de consommation collaborative. Vous devez vous attendre à rejoindre une masse importante de consommateurs. «  La satisfaction de celle-ci dans le processus est cruciale, il faut offrir le meilleur soutien possible puisqu’en plus, les transactions financières qui en sont issues demandent que les gens se sentent en sécurité.»

À titre d’information, après avoir effectué des essais avec quelques événements, tout en faisant des démarches d’investissements, l’équipe de Shareapass a décidé de lancer une campagne de financement sur La Ruche, une plateforme de financement participatif exclusive à la région de Québec, afin d’amasser 10 000 $ qui leur permettront de prendre un nouvel envol avec l’outil. L’argent amassé servira plus précisément à développer le produit puisque les cofondateurs ne sont pas à la base des programmeurs.

A+

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Kim Auclair

Salut! Moi c'est Kim
Mon talent et mon travail est d’aider les entrepreneurs et travailleurs autonomes à se faire connaître dans les médias et multiplier les opportunités d’affaires. En savoir plus sur moi



Travailler avec Kim Auclair