Les médias sociaux l’aident à réaliser son rêve

Pour faire suite à mon article Des Québécois qui se démarquent par leurs présences sur le Web, voici une autre personne qui ne cesse de m’inspirer par l’attitude positive qu’elle projette sur le web.

Alain Gaudet est né avec une forme sévère de dystrophie musculaire. Depuis les dernières années, sa santé s’est détériorée. Son plus grand rêve est de demeurer le plus longtemps possible dans son appartement adapté . Il ne se voit pas du tout finir ses jours dans un centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD). Il doit ainsi trouver du financement pour assurer son maintien à domicile, car l’aide gouvernementale n’est pas suffisante pour couvrir toutes ses activités de la vie quotidienne et domestique.

Pour y parvenir, il utilise les médias sociaux. Tout a débuté dans les années 90 alors qu’il utilisait mIRC. Il avait de la difficulté à respirer et parlait avec une fille de Trois-Rivière de ses problèmes respiratoires. 15 minutes plus tard, elle était chez lui pour l’aider. C’est comme ça qu’il a compris qu’il pouvait être en contact avec des gens sur le Web prêts à l’accompagner. Depuis, ces outils ont pris une place importante dans ses démarches visant à réaliser son rêve. Il a, entre autres, réussi à recruter plusieurs personnes qu’il appelle ses «Ptits Anges». « Je vais me battre bec et ongles pour ne pas finir mes jours dans un centre hospitalier de soins de longue durée.» dit-il

Ce que j’aime chez Alain, c’est qu’il est très autonome et qu’il sait utiliser l’humour malgré tout. Il gère lui même son blogue et ses comptes sur les réseaux sociaux et utilise sa créativité pour chacune de ses campagnes de financement. Son meilleur coup jusqu’à présent a été d’avoir été contacté par l’humoriste Mike Ward. Grâce à lui, il a maintenant la possibilité d’embaucher une personne qui veille sur son confort et sa sécurité la nuit. L’aventure de Jaco a aussi été un beau succès. Un donateur anonyme est intervenu et a déboursé 22 000$ pour lui permettre d’acquérir cette aide technique robotisée qui lui donne vraiment beaucoup d’autonomie. Il reste toutefois qu’avec le temps, il est de plus en plus difficile de se renouveler dans la façon de demander des dons à sa communauté.

« Je crois que la Magie de Noël, quatrième édition, aura été mon sommet personnel. Je reste quand même positif, puisque tout au long de ma vie, au moment où j’étais le plus découragé, la lumière est toujours venue éclairer ma voie in extremis. Que ce soit bien ou mal perçu change bien peu de choses à mes yeux, le besoin est réel et mes difficultés quotidiennes concrètes. dit-il.

Inspirant n’est-ce pas ?

À titre d’information, Alain a lancé récemment la 5e édition de sa campagne Magie de Noël.  Si vous voulez lui faire un don, je vous invite à consulter son site Web.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.