Pour avancer, il faut accepter ce qu’il advient de son projet d’affaires

En lien avec la dernière parution hors série “Lesaffaires” intitulée “Comment recruter votre plus gros client à vie “ dans laquelle plusieurs entrepreneurs ont partagé comment ils ont obtenu les clients qui ont changé et fait évoluer leur entreprise, je vous partage un échange que j’ai eu par courriel avec Alexandre Fiset, Président-directeur général du Studio Parabole. Il me racontait le plus grand obstacle qu’il a rencontré avec ses associés jusqu’à présent qui fut de redéfinir complètement la vision qu’ils avaient au départ par rapport à leur entreprise.

Note cet article a été publié initialement sur Lesaffaires.com

Alexandre Fiset m’explique que lui et ses coéquipiers ont d’abord lancé Studio Parabole dans le but de développer des jeux vidéo originaux pour ordinateur et console de salon, de courte durée et à faible prix. «Notre idée était de développer un prototype fonctionnel, afin d’être admissible à divers programmes de financement de titres multimédias. Après quelques mois à travailler sans salaire, le projet n’était pas à la hauteur de nos attentes. Nous avons donc fait des demandes de financement pour le mener à terme, mais elles nous ont toutes été refusées. Bref, notre plan nous semblait être voué à l’échec. Nous avons donc changé d’attitude, de message et d’image. Nous voulions maintenant offrir nos services de développement de jeux vidéo à d’autres entreprises. Nous pensions qu’il serait plus facile de convaincre les bailleurs de fonds, que nous étions une équipe solide, compétente et crédible, avec des projets concrets et lucratifs.» me dit-il.

Un de ses contacts professionnels l’a ensuite mis en contact avec les quatre cégeps du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui désiraient représenter dans un univers en trois dimensions les programmes d’étude offerts par leurs organisations. «Ce n’était pas du jeu vidéo du tout et le produit devait être conçu pour les tablettes (iPad). Nous nous éloignions énormément de notre plan initial et cela nous faisait un peu peur.» poursuit Alexandre.

Ils ont finalement décidé d’y aller de l’avant en proposant leurs services. Leur offre fût acceptée. Même si l’entreprise n’est plus ce qu’ils avaient imaginé au départ en terme d’offre de services, Alexandre et ses coéquipiers sont d’accord pour dire que ça leur est égal. Ils ont beaucoup de plaisir avec le secteur de l’éducation. «Nous sommes même contents d’avoir frappé tous ces murs. Grâce à tous ces obstacles franchis, le Studio Parabole a maintenant deux contrats de service à son actif, six employés rémunérés à temps plein, une offre de service diversifiée, du support local et des plans ambitieux pour le futur. »

Accepter ce qu’il advient de votre projet d’affaires est donc une attitude qui peut être très gagnante.

Et vous ? Si ce type d’opportunité vous arrivait, accepteriez-vous facilement de changer votre idée de départ  ?

2 Commentaires

  1. Olivier CHAILLOT

    La question est-elle si saugrenue en période de mutation ? Dans un délai relativement court, nous sommes tous condamnés à faire évoluer nos entreprise pour adapter nos projets à des conditions d’environnement stratégiques qui son en cours d’évolutions, pour ne pas dire de profond changement.

    Alors, la question pourrait être : sera-t-on encore aux commande d’une entreprise si nous ne la faisons pas évoluer pour nous adapter ?Et cette question est valable même pour les entreprises déjà installées :):)

    Réponse
    • Kim Auclair

      C’est là que l’adaptation devient essentielle 🙂

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Kim Auclair

Salut! Moi c'est Kim
Mon talent et mon travail est d’aider les entrepreneurs et travailleurs autonomes à se faire connaître dans les médias et multiplier les opportunités d’affaires. En savoir plus sur moi



Travailler avec Kim Auclair