Pour en finir avec la peur de vous faire voler une idée

Un lecteur de mon blogue m’a partagé qu’il recherchait du financement pour lancer un projet d’entreprise, mais qu’il avait peur d’en parler sur Web. Peur qu’on lui vole son idée.

Si vous vous reconnaissez dans cette situation, sachez que je comprends votre inquiétude. Et comme plusieurs entrepreneurs, je suis passée par là.

La raison de cet article n’est pas de revenir sur l’importance de partager votre idée le plus rapidement possible, car j’ai déjà écrit sur le sujet. Je souhaite plutôt apporter une réflexion complémentaire.

Comme vous, j’ai déjà été fière d’une idée et motivée à la mettre en place. Je voulais absolument la protéger. Je me suis donc mis à faire des recherches sur la protection d’une marque, les différents types de brevets, les droits d’auteur, les clauses de confidentialité, etc. avant même de commencer à la tester.

Le problème avec ce comportement c’est que vous pensez qu’une autre personne pourrait s’intéresser autant que vous à votre idée et l’utiliser.

Et bien, sachez qu’avoir une idée ne veut pas nécessairement dire avoir un bon produit.

idee

Cette personne, tout comme vous, doit être prête à y consacrer beaucoup de temps pour la mettre en place. Elle doit mettre de côté ses projets en cours autant sur le plan personnel ( famille, par exemple ) que professionnel, pour trouver les ressources nécessaires, développer, tester, etc. jusqu’à ce qu’il y ait une première version du projet qui soit présentable. Cette personne a généralement autant de chances que vous de ne pas concrétiser le projet. Si elle a les capacités pour y parvenir, il sera difficile pour elle de tout mettre de côté pour se lancer à temps plein dans une nouvelle aventure.

Le sentiment d’avoir peur que notre idée soit volée n’est qu’une raison de ne pas se mettre au travail, à mon avis. Et ce, même si vous dites que votre idée n’a jamais été réalisée et que vous vous attaquez à un nouveau marché. La plupart des projets qui réussissent sont d’ailleurs inspirés d’idées qui ont déjà fonctionné.

Lorsque vous vous présentez dans un événement comme le Startup Week à Québec, partager votre idée publiquement avec d’autres entrepreneurs permet, en quelque sorte, de vous faire connaître en tant que porteur de l’idée. Les gens sauront que c’est vous qui l’avez présentée en premier. Ce sera dans votre devoir ensuite de la réaliser et d’en faire un projet concret pour garder ce titre. Sinon, une autre personne le fera et sera considérée comme celle qui l’a exécutée.

Si vous pensez avoir trouvé la bonne idée, il y a certainement 10 autres personnes dans le monde qui ont eu la même que vous. Vous comprenez maintenant que tout est dans l’exécution de l’idée. L’important est d’être le premier à la mener jusqu’au bout.

En passant, je ne dis pas qu’il faut ignorer les brevets à 100%. Sans être experte sur le sujet, je sais qu’ils sont nécessaires pour certaines entreprises qui oeuvrent dans des domaines scientifiques ou encore pour d’autres qui attaquent le marché international. Je vous encourage tout simplement à passer à l’action au lieu d’avoir peur, car la meilleure façon de sécuriser votre idée est de la concrétiser. Pour vous protéger, vous pouvez aussi mettre en avant plan des éléments qui peuvent vous différencier. Il peut s’agir, par exemple, d’avoir une bonne équipe, un bon service à la clientèle , une culture d’entreprise qui attire les talents, un site Web qui se démarque, etc. Ou encore de tout simplement continuer d’innover dans votre secteur d’activité en restant à l’écoute des besoins de vos clients.

Et si vous pensez que la recette idéale pour vous lancer est d’avoir une idée unique et du financement, vous vous trompez. Pour avoir parlé à différents entrepreneurs qui sont passés par là, j’ai compris que plusieurs idées qui ont été financées par des investisseurs afin d’assurer leur développement et leur croissance rapides vivent plus ou moins longtemps et meurent. Elles sont toujours reprises, adaptées, améliorées et échangées. Si elles fonctionnent, les entrepreneurs ont souvent testé différentes hypothèses avant de tomber sur la bonne piste à suivre.

Il y a quelques années, par exemple, une émission de télévision pour enfants a été lancée et reprenait une idée que j’avais commencée à écrire sur un document, mais que je n’avais pas partagée publiquement. La première réflexion que j’ai eue en voyant l’initiative est que j’aurais aimé y participer autrement, mais d’un autre côté, est-ce que j’avais réellement le temps d’entreprendre ce projet ? Est-ce que j’avais les ressources nécessaires dans mon entourage pour m’accompagner ? Est-ce que j’aurais été prête à mettre de côté Niviti et MacQuébec ?

Ma réponse : non.

Une bonne façon de voir le tout autrement est de se dire que si une autre personne reprend votre idée, c’est qu’elle l’a appréciée. Cela ne veut toutefois pas dire qu’elle l’exécutera comme vous. Et comme je le disais plus haut, des idées, tout le monde peut en avoir. Ce qui fera de vous un entrepreneur c’est que vous passerez à l’action pour l’exécuter le plus rapidement possible.

Donc, arrêtez d’avoir peur de partager vos idées et posez-vous les questions suivantes la prochaine fois que vous en aurez une en tête :

  • Ai-je les connaissances du marché que je vise ?
  • Ai-je les ressources nécessaires pour m’aider à mettre en place mon projet ?
  • Ai-je testé mon idée sur le terrain, c’est-à-dire auprès de personnes que je ne connais pas ?

Je vous ai convaincue maintenant de passer à l’action ? Voici quelques articles qui pourront vous aider :

Dans un autre ordre d’idées, j’aimerais savoir ce qui vous tracasse le plus. De quoi avez-vous peur exactement ? Partagez-moi vos réflexions.

A+

15 Commentaires

  1. Leslie Passerino

    Kim, je ne suis on ne peut plus d’accord avec vous ! Nous ne devrions pas avoir peur d’exposer nos projets, cela nous permet de grandir, d’avancer et d’avoir une redevabilité certaine, un engagement envers notre communauté. De plus, non seulement cela ouvre des portes jusque là fermées, permet de grandes rencontres.

    Mais il faut être prêt à payer le prix: celui de notre engagement, mettre de côté notre vie personnelle pour un temps, devenir plus sélectif sur notre agenda et apprendre à dire non à d’autres opportunités… Mais cela est si excitant, n’est-ce pas ?

    Réponse
    • Kim Auclair

      Effectivement. C’est ce qui est le plus stimulant !

      Réponse
  2. Francois

    Bien d’Accord! On dit qu’un nouveau produit a une durée de vie sur le marché de ….. 3 mois avant d’être copié. L’obtention d’un brevet peut prendre des années!

    En 1994, seul dans mon salon , en chômage, j’Avais imaginé un service pour des gens en recherche d’emploi pourrait partager leur CV et leur aspiration pour un emploi. Un service où les compagnies pourraient à l’inverse afficher leurs emplois et leur exigences pour ces postes. J’ai encore mes notes de mes réflexions.

    Avais-je les moyens techniques de réaliser ce projet? Non.

    Internet en était à ces balbutiements.

    En 1999 naquis Jobboom.

    M’ont -ils volé mon idée?

    Bien sûr que non.

    Mais si j’avais partagé ce projet avec des pros de l’informatique …..

    Si j’avais poussé mon idée un peu plus…

    On dit souvent que partager une idée est comme partager une flamme…. on ne perd rien mais on a deux fois plus de lumière!

    Réponse
    • Kim Auclair

      J’aime beaucoup votre comparaison avec la flamme !

      Réponse
  3. Emmanuelle Ares

    Je suis passée aussi par la. Et si les trois questions sont effectivement préalables au succès, il manque un item. Plusieurs autour de moi me disaient que j’avais tout pour le faire, mais une introspection est nécessaire et je ne pouvais pas tout mettre de côté. Même si on a un deuil à faire, nous sommes mieux de passer le flambeau…

    Réponse
  4. Anouk

    C’est facile d’avoir des idées. N’importe qui peut avoir des bonnes idées. Mais le succès vient de la qualité de l’exécution et non de l’idée!

    Réponse
  5. Jean

    La peur de se faire voler son idée !

    Je suis d’accord avec ton ouverture d’esprit Kim, mais je crois qu’il est aussi possible de protéger ses idées. Lorsque cela m’arrive, je mets sur papier tous les détails de mon concept, puis une fois les détails complets, je me poste le tout par courrier recommandé. L’estampe / date de Poste Canada devient une date officielle.

    Mais AATENTION, ne JAMAIS ouvrir cette lettre et conservez-là en lieu sûr. SI je me rends compte que quelqu’un utilise mon idée / concept et clame la paternité de cette dernière, ce sera facile pour moi de le poursuivre, compte tenu des dommages qu’il me cause, et ultimement demander à un juge d’ouvrir lui-même MA lettre qui fera le constat de mon idée /concept en détail.

    Ceci n’est qu’une opinion et merci Kim d’être aussi stimulante.

    Réponse
  6. Michel Tremblay Webcellance

    Une chose à faire aussi est de faire une description de « l’idée » sur un document électronique (Word, Excel, etc) et garder ce document en lieu sûr. Car tous documents créés sur un ordinateur possède la date de création, date de modification (right-cliquez sur un fichier et aller voir Propriétés tout en bas). Ainsi vous aurez une preuve que vous avez eu cette idée à cette date…Si elle est « volée » elle possédera forcément une date ultérieure…

    Réponse
  7. vparizeault

    Excellent article Kim! Je suis en train de lire le livre d’Elizabeth Guilbert (Big Magic) qui amène ses réflexions sur la créativité et sont point de vue est qu’une idée choisi son créateur (et non l’inverse) et que si le créateur ne fait pas sa job de développement, elle va juste quitter ce créateur et aller s’en trouver un plus enthousiaste. 🙂 Bon, c’est une approche un peu ludique (ahem, voire même ésotérique), cependant ce que j’aime de cette approche c’est que ça ôte ce stress de performance… l’idée ne nous appartient pas, nous sommes au service de celle-ci! Comme tu le dis si bien, l’idée en soi n’a pas de valeur tant qu’elle n’est pas développée, et pour réussir un développement, il faut faire de la recherche oui mais aussi bien s’entourer. Et pour bien s’entourer, il faut partager-communiquer!

    Réponse
    • Kim Auclair

      Merci pour ton commentaire. J’aime bien cette approche/façon de dire le tout. C’est fait que ça enlève le stress de performance.

      Réponse
      • Yves

        Mais que fait-on lorsqu’on a une idée mais pas les moyens financiers de la réalisé et surtout qu’on a peur de la partager ça r quelqu’un possédant des moyens financiers peut la prendre et l’exécuter et nous on est off

        Réponse
        • kimauclair

          Bonjour Yves, vous pouvez m’écrire à allo@kimauclair.ca si vous désirez en parler. La meilleure façon de la réaliser, c’est de poser une première action.

          Réponse
  8. Jean Marie Ndour

    Merci pour cet article Kim!
    Et si la personne qui veut voler l’idée est une grosse entreprise ayant les moyens nécessaires en R&D, elle n’aura aucun problème pour la copier.
    Qu’en pensez-vous ?

    Réponse
    • Kim Auclair

      C’est vrai. Mais c’est à nous de faire le travail de développement nécessaires. Cela dépend aussi quel marché que l’on attaque , évidemment. Il y a un travail de veille à faire.

      Réponse
  9. François P. Granger

    pour protéger 1 id il y a le passeport intellectuel!

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.